Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 avril 2017 6 08 /04 /avril /2017 16:34
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Réalisation d'une fresque, de A à Z
Repost 0
Published by Franck Gache
commenter cet article
4 août 2016 4 04 /08 /août /2016 22:52
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Armageddon (Série) 2016 Grands formats
Repost 0
Published by Franck Gache
commenter cet article
23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 17:38

Si le dessin offre de voir une image, souvent, de nombreuses personnes refusent d'y voir, ou d'y découvrir une image triste, ou de souffrance. Mais ce qui est montré peut souvent proposer une autre image, autre que neutre, ou de joie. Pourtant, on ne peut mettre à l'écart une partie, ou une part, de ce qui doit être montré. Il est ainsi impossible pour nous d'ignorer que ce qui est chaud est contraire à ce qui est froid, et ainsi, le jour est radicalement différent de la nuit. Ce qui renvoie au sombre, à la souffrance, ou à ce qui est triste, est aussi une image de la vie, tout comme la joie, ou le bonheur, le sont aussi. L'artiste se doit de faire le tour de toutes les émotions, et évoquer la souffrance, la tristesse, ou même ce qui est lugubre, doit être dans l'ordre des choses, et le tout rejoint la vie. Joie et tristesse sont des émotions, et dans l'art, comme partout ailleurs, de telles émotions ne peuvent s'éviter. 

L'artiste ne doit pas rechercher à plaire, car il se doit d'être fondamentalement indépendant. Ainsi, rien ne doit être simple, et ce que le dessin, tout comme tous autres supports doit montrer, doit rechercher d'aller vers la diversité, et explorer au plus profond les émotions, pour éviter de se perdre dans un désert, ou plus loin, encore. L'artiste peut créer vite, mais l'idéal serait de prendre son temps, plutôt que d'aller lentement. Il y a autant d'émotions qui peuvent se trouver dans une création faite rapidement, plutôt que lentement, et inversement. Il est donc tout à fait possible de réaliser une mauvaise création, même si de longs moments y furent consacrés.

Dessiner, c'est être d'ans l'attention, l'intention, l'action, et l'acceptation. Ce qui doit être rendu, et montré, doit non seulement être accepté, mais ce qui est fait doit avoir un sens, même si ce qui est crée n'est pas toujours forcément visible. Une création ne renvoie pas ou jamais à l'invisible, et il y a toujours quelque chose à dire sur ce qui est fait.

Cela relève peut-être du concept, mais ce qui doit jaillir, pour se déposer sur le support, doit être neuf, presque vierge. Tout doit arriver du plus profond de nous, ou de moi-même. Il faut ensuite laisser faire le hasard, même si souvent, il est diligenté. Il faut toujours rechercher, dans la création, à rechercher à aller vers l'extérieur de ce monde, et le souci, pour y parvenir, est de réfléchir, pour toujours rechercher comme une nouvelle voie, un nouveau chemin.

Celui qui dessine connait un moment de solitude, et le vide est autour de lui. Il est tellement seul, que l'espace d'un instant, il oublie tout ce qu'il peut posséder, et tout ce qui est matériel devient si futile. Si quelque chose nait de sa pensée, le vide est en lui, et ressemble à une forme d'ignorance. Pourtant, une forme de savoir s'étale devant lui, mais le vide est si présent en lui que la distance qui le sépare du support semble être un pont à franchir. Le produit de sa création semble être plutôt une forme d'énergie, qu'il recherche à canaliser. Ce qui est produit est aussi une sorte de signature, pour lui prouver qu'il est dans la vie, et l'existence, et peut-être, pour le surprendre lui-même.

L'artiste à besoin de choisir, de faire des choix. C'est lui qui décide, et dans ce qui est fait, il y a un début, tout comme il y a une fin. C'est à lui de déterminer quand la fin intervient, même si sa création est complexe. Le plus souvent, mettre fin à un projet vient de la logique, mais aussi, ce qui est entrepris peut être douloureux. Une création, globalement, peut se faire dans la joie, tout comme elle peut se faire dans la douleur. Mais si la création est de l'artiste, il doit s'attendre à ce que son oeuvre lui échappe. Le destin de toute création est non seulement de plaire, mais aussi d'instaurer une sorte de dialogue invisible. être et avoir se conjuguent, pour ne plus faire que un. La création laisse alors place au souvenir.

La mémoire est ici si présente, mais pourtant, souvent, elle se détache, comme si elle faisait bande à part avec l'esprit. Dessiner, c'est comme écrire. Et le hasard semble caché en embuscade, car la méditation, pour créer, c'est comme marcher avec les pieds. Ensuite, il reste à trouver le bon chemin. Le créateur semble perdu, n'est-ce que un instant, il laisse aller son esprit, mais si il sait qu'il va dessiner ou écrire, rien n'est vraiment déterminé à l'avance.

Si il sait quoi va naître de sa plume, il n'empêche que le résultat final risque d'être différent de ce qu'il devait être à l'idée initiale. Il peut même être tout autre, tout comme le sujet peut être plus vaste, beaucoup plus vaste, ou plus grand, tout comme il peut être plus petit.

Ce qui est pensé, et ce qui se dévoile sur le support vient du dehors, de tout ce qui est étranger à notre corps, et à notre pensée. Ce qui est à faire arrive, et l'énergie déployée suit une pensée, qui vise à canaliser ce qui est une part de ce qui est enfermé en nous, une lumière presque prisonnière, qui ne demande que à être mise en évidence. Cette lumière doit sans cesse se renouveler pour enfin apparaître sur un support.

La conscience rejoint ici l'esprit, pour créer un sujet, ou le résultat d'une somme de réflexion. Si la conscience est à relier à la mémoire, celle-ci est fragile. Il faut alors savoir aussi prendre de la distance, pour ne pas se perdre, et faire n'importe quoi. Chez l'artiste, tout comme celui qui écrit, c'est souvent ici que se trouve l'erreur, ou les erreurs. Et suites à ce passage, il y a souvent une forme de découragement. Celui qui est dans cette action ratée peut alors s'arrêter. Une pause semble nécessaire. Tout n'est malheureusement pas si simple. 

Il faut savoir admettre que l'on est souvent dans l'erreur, ce qui permet de refaire, ou de passer à autre chose. L'erreur, ou la faute, sont parties intégrantes de la vie. 

Il y a une forme d'épuisement, car il ne faut pas que se contenter de ce qu'il y a : il faut toujours rechercher à évoluer, progresser, entreprendre du nouveau, sans toutefois se compromettre, pour ne jamais renier d' ou l'on vient. C'est alors qu'il y a dans notre corps comme un feu intérieur, et qui allume notre âme pour entreprendre toute création. Impossible d'être à deux endroits en même temps, ce qui est fait est posé, et se dévoile sur le support. 

Ce qui est fait est une image de la vie, mais vue autrement.    

Représenter une image de la souffrance, est un désir, une demande. C'est une part de ce qui doit être, et rejoint encore ce qui est une part intégrante de la vie. Même si untel artiste ne réalisera pas de travaux graphiques qui représenteraient la souffrance, il y aura toujours d'autres artistes qui représenteraient des images de souffrance, en ce sens.

On ne sait pas trop quoi trouver, mais aborder ce thème est toujours à faire. L'artiste ne demande pas obligatoirement à être jugé, mais il se doit d'être sincère. Il peut s'être trompé, tout comme il peut avoir parfaitement raison. Tout est image d'interprétation, et celui qui regarde doit non seulement porter son regard, mais faire comprendre que ce qu'il présente peut avoir plusieurs interprétations différentes. La souffrance renvoie à montrer un sujet difficile, ou une forme de tristesse peut être visible, tout comme une forme de violence peut être visible, avec un côté peut-être lugubre, ou par le fait de présenter un sujet monstrueux. La souffrance peut ainsi ouvrir à de nouveaux sujets plus profonds, tout comme bien entendu, aller vers les autres, et si elle est vécue de manières toujours aussi différentes, il est possible alors d'aller plus loin, dans un esprit de dialogue, et de médiation. Il faut ainsi accepter les avis, de ceux qui regardent, tout en sachant que aucune vraie création ne fait vraiment l'unanimité. Ce qui est une représentation, ouvre à toutes sortes d'interprétations.  

Le dessin peut être en noir et blanc, ou en couleurs. Si le dessin est en noir est blanc, il restitue une somme épurée d'une certaine façon de restituer par le geste. C'est un aspect brut, et ce qui est dévoilé, ce qui est montré l'est par une somme de contours. Le dessin peut être simple, assez épuré, mais il doit laisser deviner le geste, comme si cette action visible lui donnait un moyen de respirer.

Quand le dessin est en couleur, ou en couleurs, il indique un certain approfondissement, la volonté d'aller plus loin, de parfaire une certaine conception de ce qui doit être montré, pour livrer le témoignage de restituer peut-être plus loin encore la vie. Le dessin est alors sans doute plus sacralisé, et si la volonté est en partie fondée de restituer une ou des images de la vie, la couleur, ou l'image colorée restera artificielle,car elle n'offrira que une interprétation, parmi tant d'autres. De plus, tout comme les supports, les couleurs sont des produits qui viennent d'horizons tous aussi différents : crayons couleurs, peinture acrylique, peinture à l'huile, etc...Finalement, plus le dessin est saturé, et plus ce qui est vu sur le support paraîtra artificiel, voir, virtuel. 

Si il faut inviter à voir, alors, ce qui est le plus simple des dessins peut apparaître comme celui qui à le plus de magie pour interpréter la vie, tout comme le dessin chargé, saturé de couleurs sur un support peut rechercher lui aussi à donner l'image la plus fantastique de la vie. Les deux extrêmes, ici, finissent par se rejoindre, car tout un chacun est en mesure de déterminer ce qu'il va trouver le plus parfait en art. Cette vision est en soi une projection de la vie, et ainsi, la vie continue.              

Ce qui est autour de nous n'est pas que un paysage, mais quand notre regard scrute ce qui nous environne, dans la pensée se dévoile un monde d'espaces rêvés, subjectifs. L'émotion semble ressembler à une peur, car la surprise est de découvrir ce qui va être montré, et qui est né de l'esprit, présent en chacun de nous. Cette peur semble maladive, mais ce qui relève de la curiosité va permettre à celui qui regarde le dessin, à échapper à ce qui peut être qualifié de maladie du regard, ou plus loin, de la vue.

Le dessin se projette comme un miroir de nos vies, et, qu'il soit mauvais ou admirable, très graphique, ou abstrait, il livre un témoignage instantané de nos vies, et est notre plus simple témoignage, qui peut combattre les effets du temps, pour passer d'une époque à une autre, en fonction du support, solide, ou bien conservé. Le dessin contribue à nous raconter, ou définir ce qu'est "être" en ce monde. Il est en lui-même un processus de définition de ce qu'est l'âme, complétée par l'imaginaire. Qu'il représente une forme, ou qu'il soit informe, il parle de nos vies, et il recherche un passage, comme le vent.

Une image du dessin en général est une façon d'apprendre, de voir autrement notre environnement, aller vers le sens de la découverte, pour porter un regard autre et extérieur.

Que le dessin soit abstrait , ou très graphique, le regard que nous portons sur lui est toujours nouveau, et toujours une question d'interprétation.

L'acte de dessiner est avant tout un voyage intérieur, au plus profond de soi-même. Le dessin est aussi une envie, et longtemps, celui qui dessine, avant de faire évoluer son travail, va rechercher, faire évoluer les traits de ce qu'il va dessiner, pour faire évoluer son travail, sans se disperser, ou se perdre. L'intérêt est de faire ce qui est notre envie réelle, et ne pas regarder le travail des autres, ou copier. Mais porter un regard vers les formes de dessins qui existent peut influencer, diriger celui qui dessine vers d'autres directions, ou chercher, comme dans un jeu, à prendre une prise de risques, pour aller plus loin, et faire évoluer son travail en dessin.

Une harmonie est à trouver, mesurer et établir ce qui convient le mieux, pour donner à voir.

Ce qui va être très visible, va alors plonger le créateur vers une sorte de profondeur, que seul lui-même sera en mesure d'en fixer les limites. Ce qui va être rendu de cette exploration intérieure va donner à celui qui va voir, tout comme au créateur, une sorte de plénitude esthétique plus ou moins épanouie, pour déterminer si ce qui est montré plaît , ou déplaît, et pour dire si ce qui est vu est moche, ou beau. C'est la parole, qui va restituer ce qui est une réponse, enfouie dans le fond de la mémoire : celui qui aura vu dira alors si oui ou non il aime ce qui est présenté sous ses yeux, tout comme l'artiste lui-même pourra porter un jugement sur ce qu'il à produit.

Si on n'est pas des animaux, nos deux mains nous rappellent ce que nous sommes : des hommes avant tout, qui pensent, et qui peuvent évoquer et décrire des sentiments, en une somme qui est la création. Ce qui est à montrer doit suivre une logique, qui rappelle que nous sommes des êtres humains. Aussi, la vie revient toujours à nous, pour nous indiquer de marcher à notre rythme, et construire ce qui en somme, forme une harmonie, notre propre harmonie.

Celui qui est dans l'instinct créatif ne doit pas rechercher à ressembler à un autre, mais il doit se détacher, pour aller vers la différence, pour trouver ce qui lui ressemble, soit, s'inventer son propre monde, son propre univers. Il ne doit pas y avoir de comparaison, et l'artiste doit déterminer à quel moment sa création est terminer, et il sait quoi mettre, comme si il cuisinait des ingrédients .

Un chemin se présente alors à lui, mais c'est une image que lui seul est en mesure de déterminer, et il peut y avoir accord ou désaccord. Comme signer un accord de bonne conduite, pour trouver le bon chemin vers soi-même.

Comme souvent chez un artiste, ce qui doit arriver est spontané, et à un moment donné, il se doit d'être détaché de tout, là ou il ne doit plus rien chercher , et limiter sa recherche intérieure. Il faut souvent laisser faire le hasard, pour construire de belles choses, du moins, d'un certain intérêt. Ce qui est produit est ce qu'est "être" , ce qui est intérieur semble sondé, et ce qui est à l'extérieur semble si superficiel. Paraître est tout aussi important. Le tout, doit sembler à certains moments laisser planer le silence. L'artiste est alors confronté à lui seul, et semble avoir à faire à une sorte d'abandon.

Le dessin explore, et permet d'avancer. Dessiner, c'est aller à l'intérieur de soi-même, éclairer ce qui est autour de nous. Le dessin laisse apparaître le désir, l'espoir, le rêve, il laisse deviner les pensées noires, et profondes, les troubles de l'esprit. La violence peut prendre forme, et être visible, la tristesse peut rencontrer la mort, et il nous est possible d'exprimer des envies, ou exprimer d'autres faits, peux enviables....

Ce qui est fait, ce qui est transcrit est exploré, et bien entendu, accepté. Le reste rejoint l'obscur, car de nombreuses choses doivent trouver des explications plus claires, plus logiques....

Notre histoire est une quête de l'écriture, et dans une moindre mesure, de soi, et aussi, l'histoire est une projection de l'homme à travers la nature, pour atteindre l'inconnu.

L'histoire commence par la volonté de l'homme de se faire comprendre à travers des signes, et quand il la trouva avec l'écriture, l'art fut associé à son destin, tout en cherchant à étendre le monde des signes.

Le dessin, pour nous parler, se doit de revêtir une forme imaginaire, ou originale, pour trouver un écho, et son public. Au départ, sous sa forme primaire, le dessin fut associé à l'écriture, mais toutefois, il était présent en un temps plus ancien, et cohabitait déjà avec le volume, ou la sculpture, et était très présent dans l'art pariétal, ou les fonds des grottes étaient décorés certainement pour des rites chamaniques ou autres rites initiatiques, autant sous formes de volumes, que picturales. Ici, le dessin était déjà gagnant : simple, et pouvant être réalisé assez rapidement, avec divers matériaux, dont du charbon de bois. Pour aller plus loin encore, les dessins étaient colorés, pour donner plus de magie. La couleur était déjà plus que omniprésente, et allait des gammes les plus simples, aux plus complexes. Le dessin peut être considéré comme un "jet" de l'esprit, ou un défouloir caché, ou masqué, pour montrer, ou évoquer des émotions. Il est dans son évolution constante, une parole en mouvement, et ce n'est pas un hasard si il fut associé à ce qui peut être souvent être considéré comme le plus profond de l'homme, à savoir, le sacré, ou la religion, c'est à dire ses croyances, ou plus ou moins des confidences à décoder.

Ce qui est pictural, et le dessin, est nécessaire pour nous aider non seulement à penser, mais aussi à rechercher nos origines, établir nos racines, et comprendre notre histoire.

L'art semble être un grand arbre, dont le sommet se donne à voir, et est déjà une image. Le reste est enfoui, et se retrouve sous les racines, et le tronc semble être un coffre fort, qui conserve nos données, et ou l'histoire est enregistrée.

L'art, et ce qui est dessiné est une sorte de témoignage, mais à travers l'histoire, il fut vite rattrapé et manipulé par les religieux, et le pouvoir. Les puissants, ou les décideurs, s'allièrent aux croyances, ou au fait religieux , non pour montrer à quoi ressemblait la vie du plus grand nombre, mais montrer la force incarnée par le pouvoir, pour instaurer l'ordre.

Ainsi, l'art à de précieux d'être visible, et à vocation d'être vu par le plus grand nombre, mais souvent , l'individu seul en fut écarté, car il devait s'inscrire dans un ensemble plus vaste, et se fondre dans la masse, avec d'autres individus, pour communier avec le pouvoir, et l'ordre établi, tout en oubliant, ou négligeant, que l'art se devait d'être une forme, ou une force, pour aider l'individu à s'épanouir, en lui apportant des réponses à la vie, ou pour l'aider à espérer de l'espoir, pour peut-être rêver, ou tout simplement, imaginer.

L'art est présent, sous une forme ou une autre, tout autour de nous, et notre univers, tout comme nos vies, sont marqués de la main de l'homme : l'art est partout. Il est ainsi utile, pour marquer notre empreinte, marquer nos existences, espérer laisser une trace, en ce bas monde, et pourquoi pas, donner un semblant de vies immortelles, toujours ancrées, accrochées à la vie pour montrer une image d'orgueils , par exemple, des dirigeants, ou rois de jadis, comme pour associer qu'ils étaient associés au divin, histoire de rappeler que l'art trouvait ses fondements, ou origines, dans le passé.

Dans la création, il n'y a pas que seulement la volonté de montrer, mais il y a aussi une volonté de puissance, car le dessin, et l'art en général, à travers ce qui est recherché pour être montré, est lié à ce qui va être construit, ou pire, à la destruction, le tout étant haine et passion.

Ce qui est montré est donc un message, libre d'interprétation, et qui peut déboucher autant vers le bien, que vers le mal. Le dessin peut être beau, tout comme il peut être mauvais. à travers lui, on peut tout aussi bien lire un message politique, que religieux. Le dessin peut apporter du bonheur en soi, tout comme il peut tout aussi bien faire tuer un individu. Tout est ici une question d'interprétation. C'est l'échelle des extrêmes, ou le bien peut rapidement déboucher sur le mal.

à nous de trouver le libre arbitre, et le dessin est l'arbitre de ce qui semble ressembler ou assembler, et ou les deux formes les plus extrêmes ne sont jamais trop éloignées l'une de l'autre.

Quand il n'est pas associé à l'écriture, l'art prend une forme mystérieuse, presque mystique, ou l'on cherche toujours une interprétation.

La création est en nous, et pour ceux qui l'ignorent , elle n'est jamais très loin, surtout si elle prend une forme manuelle, ou sous l'action des mains, un objet est construit, ou structuré, car alors, la création est permanente, et prend un autre regard, une autre dimension, et ainsi, il devient utile, et prend toute son importance.

Au delà d'un certain message, qu'il soit de propagande, véhiculé par les puissants, ou manipulé par une hiérarchie, l'art voit la volonté toujours aussi omniprésente de le voir émerger vers une forme plus singulière en revenant toujours à l'individu seul, qui recherche des réponses, et de l'espoir. L'homme recherche toujours à travers l'art un message plus que universel, pour définir toujours plus sa liberté.

Un autre monde est toujours recherché, et il faut toujours rechercher une forme, ou sorte de voyage, parler de soi, évoquer sa vie, ou ce qui nous entoure.

L'imaginaire prend désormais le dessus, et se transforme souvent en mythe. Mais souvent, il y a aussi de l'incompréhension, ou du rejet, voir, de la haine.

La nature est masquée, ou évoquée, et l'homme est le chef d'orchestre et le metteur en scène des êtres vivants de la terre qui doivent ressembler à l'image qu'il souhaite donner d'eux. Tout autour de nous est façonné de la main de l'homme, et les autres êtres vivants résistent, en étant simplement ici et autour de nous. La nature est masquée par une forme d'image artificielle, et elle semble ignorer notre monde de son regard, tout comme notre empreinte.

Quand l'image n'existe pas, et disparait, l'artiste recherche à construire un juste milieu, en effaçant l'image, empreinte de l'homme, Avec l'abstraction, l'artiste recherche à déconstruire l'image, et la forme, mais la couleur est souvent présente. L'artiste recherche alors peut-être à se rapprocher de la nature, et des éléments, en enlevant peut-être la part du sacré, une partie de l'imaginaire, ou tout simplement, de l'histoire de l'art. Mais tout cela est une autre histoire.

Le dessin est comme un effet de miroir, et ce qu'il a à nous dire ou nous raconter est à décoder, ou déchiffrer , à travers notre esprit, notre pensée, et notre interprétation, et au final, il n'y a qu'un seul juge, à travers nous-même.

Ce qui est réalisé dans l'acte de dessiner est une question de volonté, une puissance du mental, et un contrôle de flux intérieurs. Finalement, ce qui est montré n'a qu'un impact limité. L'envie est de toujours aller plus loin, rechercher l'infini, contourner l'éternel.

Le dessin est une trace, car tout disparaît autour de nous. Quand un regard est porté sur quelque chose, il repart aussitôt pour voir des choses nouvelles. Tout semble si fragile, comme si tout était voué à disparaître. Le dessin dévoile un grand feu intérieur, une énergie est ici, mais elle est invisible : la vie est ici, mais elle n'est plus qu'une image, proche, ou lointaine, et qui témoigne déjà du passé . Tout est question d'interprétation. Il y a déjà une forme de mort, et ce qui est fait renvoie déjà au passé. Exister est aussi un compromis avec le passé, pour continuer à évoluer, et trouver des idées nouvelles au plus profond de soi-même, ainsi est la force du dessin, car sa force est d'ouvrir les yeux vers l'extérieur, sans négliger aussi d'ouvrir les yeux vers l'intérieur.

Dessiner, c'est saisir l'espace d'un instant un reflet, un effet de miroir, donc, un lien réticent au monde. Tout semble si vain, et tout cesse, à l'échelle d'un homme, et le monde semble figé en un moment d'éternité, peut-être partagé. La pensée s'emballe, puis cesse tout aussi soudainement, pour conclure que dessiner est une forme de méditation, éternelle, qui ne cessera jamais. Le visible frôle alors l'invisible, et l'infini, aussitôt, frôle le défini, le tout, pour présenter une image.

Celui qui dessine, souvent, recherche au plus profond de lui, pour trouver une sorte de réponse, à ce qui ressemble être une quête sans fin, mais au final, tout semble partir, comme évaporé. C'est alors une période de panne sèche, l'inspiration ne semble plus ici, car tout semble avoir été fait, et tout à disparu. Pour le créateur, ce qui ressemble à une grande période de vide est nécessaire. C'est ici une richesse, car ce vide va se renouveler, pour donner peut-être une création plus puissante. Ceux qui regardent font monter la pression, et demandent souvent quelque chose de meilleur. Le créateur s'engage alors dans une sorte de gouffre dont il ne connait pas les limites, et c'est à lui de faire ce qu'il a défini. 

Aussi, à un moment donné, le sentiment de ne plus progresser est ici : il se caractérise par le sentiment de tourner en rond, ou d'avoir tout dit, tout montré. Pourtant, il y a toujours des idées neuves, et de nouvelles directions, ou orientations, à découvrir. L'envie de se surpasser doit être nécessaire, déjà pour affirmer que rien n'est fini. L'avantage du créateur est de se raconter une, ou plutôt des histoires, et comme la vie, ce qui est décidé et entrepris, doit continuer. C'est une phase ou une période difficile.

Le dessin, pour ce qui concerne l'art, fut sans doute le premier présent, et à l'origine de tout. Ce qui est vu, et scruté, en une forme, ou informe, est soit agréable ou désagréable, et notre regard, à l'égal d'un juge, porte un jugement négatif, ou positif. Le dessin existe sous toutes les formes, et il peut tout aussi bien être abstrait, ou très graphique. Ce qui est regardé , ce qui est vu, doit être vu autrement, pour donner l'envie d'avoir, et aller vers le collectionneur , et certes, il ne faut pas s'éloigner de tout, mais installer une certaine distance. Ce qui doit donner l'envie d'avoir doit avoir une certaine originalité, et pour y arriver, le créateur va instaurer un climat de confiance. 

Donc, à travers le regard, et-ce, pour rechercher à comprendre, donner l'envie d'avoir du goût, avoir une prise de risque, et aussi peut-être pour chercher à obtenir, ce qui semble nous échapper. Sachons porter un regard neuf, et large, à ce qui va être découvert, pour mieux chercher à avoir, et compléter ce qui est "être". 

On raconte que celui qui dessine à souvent des "choses à dire", mais en fait, celui qui dessine est dans une forme de quête, dans une bulle qui lui est propre. Le plus souvent, il laisse faire et agir le hasard, il ignore ou il doit aller. En bref, il est perdu...

Repost 0
Published by Franck Gache
5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 20:04
Le temps d'un chat pitre

-1-

Ce fut lors de l'une de mes errances , que mon chemin, avec des péripéties liées au hasard, me conduisit en un quartier que j'ai connu jadis, en la ville de Grand-Trou, là ou j'étais né.

Je participais à une exposition collective de peintures, avec d'autres artistes, dans une galerie, située dans la grande rue principale.

Cette rue était désespérément déserte, et là ou l'expression de dire " il n' y a pas un chat ! " devait être la norme, au contraire, ce point de vue, ou jugement, devait être corrigé, car les seuls passants étaient ...Des chats !

Il y en avait des gros et des moins gros, mais ils étaient en un nombre conséquent.

Cette rue était donc dramatiquement déserte, et tous les commerces étaient fermés, certains depuis une longue date, le résultat d'une longue crise, qui perdurait depuis une date oubliée depuis longtemps.

Donc, que de souvenirs !!! Je l'ai connu, ce quartier, jadis !

L'école que j'avais fréquenté tout petit était non loin d'ici, de mes petites jambes d'alors, oui, j'avais bien connu ce quartier, et cette grande rue, autrefois, la rue dite des "Casses pieds", ou tout me revenait.

Dans le hasard de ma vie d'errances, certains moments me ramenaient à mes racines, à mes origines.

Ainsi, j'avais le souvenir très ancré et présent en moi-même de mes frasques du jeune enfant d'autrefois, et très souvent, de tels souvenirs refaisaient surfaces .

Ainsi, j'avais le souvenir très profond , et ému, d'une certaine Madame Louppet, ou "Mère" Louppet, pour les plus intimes, dont moi-même. C'était une vieille dame, qui pour moi, le petit minot, avait traversée les âges. Il est vrai que je n'ai jamais vraiment sut son âge, mais je l'aimait bien, et finalement, il faut dire que j'ai appris à l'aimer, et il faut le préciser, pour comprendre mon histoire. Elle vivait en un ancien immeuble de style Baroque, mitoyen, de la rue des "Casses pieds", au Numéro 666 plus précisément. On racontait volontiers qu'il n'y avait pas de numéro numéro 666, mais plutôt un numéro style B 66, dont le B était effacé depuis longtemps.

Elle avait la particularité de posséder et d'élever une trentaine de chats, au moins : ses "bébés", ou "meubles", comme elle disait. Je n'avait en fait jamais connu le nombre exact. Il se racontait aussi qu'elle avait une dizaine de chiens. Ma foi, pour moi, ce détail était intriguant, car je n'avait jamais été le témoin de la voir avec des représentants de la race Canine. La Mère Louppet avec un chien ? Tiens... C'était vraiment du n'importe quoi !

J'ai le souvenir qu'elle utilisait le biberon pour donner à boire ses matous. Je pensais que c'était ridicule, mais c'était une solution particulière pour faire boire ces derniers.

-2-

La mère Couppet, c'était une mamie plutôt très dynamique d'après elle, au dos courbé, qui semblait avancer comme une tortue, avec la plus grande des peines. Ses cheveux étaient blancs comme de la neige, et son regard était profond, et rien ne semblait lui échapper ...

La caractéristique principale était qu'elle avait la réputation d'être une grande pipelette, un point de vue toutefois assez notoire, et même légendaire. Elle racontait volontiers qu'elle savait tout, et surtout de toutes les personnes, qu'elle fréquentait de près ou de loin, comme moi, par exemple. J'ai oublié de le préciser aussi, mais on racontait qu'elle avait aussi un gros crapaud, dans un bocal , avec une échelle pour monter prendre l'air, et qu'elle pratiquait la magie en secret. C'était plutôt des ragots d'enfants, mais cependant, il me faut l'avouer, j'ai entendu souvent des adultes le dire, et le raconter.

Sinon, elle surveillait ses "bébés" (ses chats), ou "minets" d'une main de fer, et gare à ceux qui entreprenaient, comme moi, de leur faire des misères !

Ainsi, malheureusement, avec mes copains et copines, en sortant de l'école, j'avais un malin plaisir à tirer les queues des matous. Bien entendu, l'inconvénient était qu'ils griffaient souvent. Bien entendu aussi, parmi mes camarades, il y avait ceux qui étaient "pour" et ceux qui étaient "contre", et qui jugeaient la démarche cruelle, quand d'autres encore avez des chats.

La mère Louppet donc, ne restait pas indifférente à mes frasques. Dés que la queue d'un de ses matous était tirée, il était logique de la voir en confrontation avec moi, munie d'un balai, ou d'un rouleau à tartes . Bien entendu, elle ne m'a jamais fait de mal, tout au plus, j'ai le souvenir d'avoir reçu une paire de gifle bien méritée. Avec le temps, j'ai eu du remord de mon comportement, et j'en ai parlé autour de moi par la suite. On ne me blâmait pas, et on me racontait que c'était un passage fréquent de l'enfance.

Mais loin de moi, je ne pensait pas être le principal responsable, car je pense avoir été entrainé dans un effet de groupe, et finalement, remonter au responsable en premier lieu serait bien difficile à établir. Au moins, mes arguments ne manquaient pas.

Pour ce qui était de tirer les queues des matous, c'était chose facile à faire, et il fallait dire que j'avais l'embarras du choix, ce que j'aimais vraiment. Ainsi, j'aimais courir après un chat, le "courser" , en une course poursuite folle, et voir entrer un chat dans une cave, ou une chatière, à toute vitesse, pour voir ensuite dans un petit espace sombre, dans un noir presque complet, deux yeux brillants qui observaient. ça me faisait grandement rigoler.

Un jour, un chat tigré avait foncé dans un mur, et était resté raide par terre. Au départ, je pensais qu'il était mort, et j'avais eu le plus grand mal à le remettre sur pieds, ensuite. Les jours d'après, il me fuyait, c'était dire à propos de son dynamisme retrouvé !...

Assez facilement, les chats pouvaient s'apparenter à mon terrain de jeux , mais il y avait les pigeons aussi, mais eux, ils s'en tiraient toujours, car ils volaient. Pour ce qui s'agissait des rats, ils étaient invisibles : tout au plus, j'en avait vu qui traversaient les rues, pour passer d'un égout à un autre, et il faut dire qu'ils étaient assez rapides. Pour ce qui était des chiens , c'était autre chose, et le plus souvent, il m'arrivait de tomber sur de gros chiens, mais ça mord ces bestioles là...

Cependant, il m'était arrivé de voir assez rarement des chats se défendre. Un jour, l'un d'entre-eux m'avait marqué : ses poils se dressaient, comme si il s'était électrocuté, il me regardait avec de gros yeux, tout en poussant des cris terribles , et à un moment donné, il avait fait un grand bond sur moi, surprenant, et heureusement, ma petite taille m'avait sauvée de ses griffes, et de sa fureur.

-3-

La mère Louppet voyait tout cela, bien entendu, et plutôt d'un mauvais regard, propre à elle. Moi et mes copains , et copines, étions biens impressionnés quand tous les matous étaient présents, tous réunis autour d'elle, souvent pour la "popote" (nourriture), quand ils poussaient des miaulements, et gémissements à ne plus en finir. Avec ses hurlements, elle déplorait notre cruauté commune, en disant que nous étions des "enfants détestables !" .

Mais avant de revenir à Madame Louppet, il est important pour moi de parler d' Ecureuil, un chat qui intervint dans ma vie durant la même période, vers mes 10 ans... Et qui allait changer mon point de vue.

Alors que souvent il m'arrivait de tirer la queue des chats, et commettre diverses frasques , voilà que mes parents m'offraient un chat avec de longs poils, et qui devint rapidement grand. pour moi, le choix ne faisait aucun doute, et je lui avait choisi le nom de Ecureuil.

Il ne me restait désormais qu'a trouver l'accord parfait pour cohabiter avec un tel animal. C'est dire qu'il devait avoir un certain charisme, car il était impossible pour moi de lui tirer la queue: il m'inspirait le respect, tout comme l'envie d'avoir des rapports plus sérieux avec lui. Il me semblait que son vrai univers était la vie sauvage, et non une vie en appartement.

Je ne m'était pas trompé par la suite, car assez rapidement il avait fait preuve d'un désir de grande indépendance, et être enfermé entre quatre murs devenait trop pesant pour lui. Il était donc de plus en plus dehors, et de plus en plus turbulent, comme si il faisait le pitre.

J'avais vite compris que ce qui était dehors était son univers, et il griffait et déchirait de plus en plus les meubles et les canapés. La situation devenait difficile.

Moi, finalement, je l'aimait bien. C'était mon nounours. Lui, en revanche, il semblait comprendre mon rapport complexe avec les chats, mais il m'aimait bien aussi. De même, je lui racontait souvent mes exploits avec les chats de la mère Louppet, et il me semblait qu'il comprenait. En revanche, pour mes parents, Ecureuil devint un véritable cauchemar, et ils n'avaient qu'une idée en tête : s'en débarrasser au plus vite. Et puis, il vivait dangereusement, et il ne pouvait s'empêcher de faire le pitre, en étant par exemple un parfait équilibriste sur un étendage, ou en m'interpellant au loin, pour faire la course à un autre chat, ou faire "pipi" sur les prises électriques , ou la prise du téléphone...

Ainsi, donc, au départ, ce fut la porte.

-4-

La société protectrice des animaux de la ville de Grand Trou fut informée par la suite qu'un chat errant circulait autour de mon immeuble.

En face de celui-ci, il y avait un terrain vague, surmonté d'une colline. Souvent, le soir, avant de me coucher, pendant cette période, l'envie me prenait de regarder Ecureuil assis, en haut de la petite colline, en son sommet, ou monticule.

Ce fut une période assez longues, de sans doute quelques mois. Souvent, il m'était arrivé de voir derrière lui la pleine lune qui l'éclairait, et d'une telle manière qu'il en était devenu très beau. une forme de noblesse émanait de lui, presque une sorte de charisme propre aux humains. Pour moi, c'était devenu le prince des chats.

Son retour chez moi était souhaité, mais entre mes parents et lui, le divorce était consommé. Ecureuil ne pouvait s'empêcher de faire le pitre avec eux, attaquant au passage les pieds, en esquissant des croches-pattes qui n'aboutissaient jamais. Mais avec moi, les rapports devenaient presque magnétiques, ou du moins, très proches.

Un gardien travaillait autour de mon immeuble, ainsi que pour d'autres. Il tentait vainement d'attraper Ecureuil, considéré comme un nuisible chat errant, pour le remettre à la société protectrice des animaux. Je redoutais alors sans cesse l'échéance de la capture de celui qui fut en quelques sortes mon compagnon d'infortune.

Pourtant, ce gardien en avait vu d'autres, des "chats à fouetter", comme il disait. Mais impossible de le capturer. De plus, Ecureuil continuait ses pitreries, avec des pirouettes, et c'était plutôt rigolo.

Mais un jour, en passant sur mon palier, pour me dire bonjour, comme il avait souvent l'habitude, car les liens étaient restés très forts, la mère Bourrique, ma voisine du dessous, attrapa Ecureuil, en le coinçant dans une grande valise, ou elle avait placée des croquettes. Elle enferma ensuite Ecureuil dans cette diable de valise, ou cependant il m'était possible d'entendre ses cris.

La mère Bourrique avait ensuite confiée le "fauve" à la société protectrice des animaux.

Ainsi, pendant plusieurs semaines, je n'ai plus eu de nouvelles d'Ecureuil. Le temps me semblait long, et souvent, l'envie me prenait de regarder au sommet de la colline du terrain vague pour voir si il était revenu, en vain...

-5-

Ce fut lors d'une sortie de mon école, en fin d'après midi que enfin des nouvelles de Ecureuil m'arrivèrent. En fait de nouvelles, c'était plutôt une confrontation : j'étais tombé nez à nez sur lui, et il était donc en face de moi. Il n'avait pas beaucoup changé, sinon qu'il était plutôt plus gras. Ce n'était pas moi qui fut surpris, mais plutôt lui, mais il me regardait de haut.

C'est alors que mes oreilles sifflèrent, en entendant ce qui semblait être la mère Louppet, crier :

"Bibi ! Bibi ! ", un événement assez terrible pour moi, car donc, assez rapidement j'ai donc eu la confirmation que mon ancien animal de compagnie avait été "adopté", c'était mon mot.

C'était une situation à vrai dire assez bizarre pour moi, qui quelques mois auparavant n'avait pas vraiment le même rapport avec les animaux.

Par contre, la mère Louppet, elle, pensait et voyait mes rapports autrement. En me voyant, elle trouvait bizarre de me voir, face à son nouveau chat, et compagnon, mais ne me cria pas après, ce qui était assez exceptionnel. Un grand silence prit place, entre elle et moi, la bestiole restant au milieu, assise. Le fossé entre moi et la vieille dame ne semblait plus aussi grand, ce qui semblait amorcer une nouvelle histoire.

Seconde Partie

6-

Donc, mon compagnon fut confié en de bonnes mains, à une dame à qui , jadis, l'envie de perturber ses animaux me prenait. Il en était désormais autrement. En cette époque, lors de mes sorties de mon école, je ne manquait pas d'aller voir, et jouer avec Ecureuil. Au fil du temps, toujours très indépendant , il était sorti du groupe de matous de la mère Louppet, et il fréquentait une chatte de race Chartreuse d'un autre quartier, et donc, il avait moins de son temps à m'accorder.

Mais un jour, tout se précipita : la mère Louppet, après une mauvaise chute, était entrée en une maison de retraite. Une décision qui fut en fait pas si facile à prendre. C'est qu'elle était coriace la mamie ! ses deux fils, autant dire, donnèrent l'assaut chez elle, pour la maîtriser, et lui demander d'être raisonnable, après plusieurs tentatives infructueuses, ou elle répondait en se défendant avec des casseroles. Si elle ne marchait plus, elle n'avait peut-être plus sa tête, et ce fut d'ailleurs lors de son départ qu'eut lieu le fameux inventaire de sa ménagerie : les pipelettes les plus acerbes racontaient bien volontiers qu'on avait retrouvé chez elle plus de trente chats, mais le décompte n"était pas vraiment exact, car une dizaine de félins avaient pris la fuite, dont Ecureuil, bien évidemment.

On racontait aussi qu'elle avait une dizaine de chien, que je n'avait à mon grand regret jamais rencontré. C'était un départ très difficile, qui marquait, et même bouleversait le quartier.

7-

-Mais un mois après, me trouvant dans le jardin de mes parents, autour de grands près, un grand corbeau noir volait et tournait au dessus de moi. Souvent, il criait , descendait, en me regardant d'un regard qui semblait m'inviter à le suivre. Sans savoir vraiment pourquoi, j'avais pris la décision de le suivre. Il n'y avait aucune faute en mon jugement, ou mon interprétation. Le corbeau, désormais, ne volait pas très haut, et souvent, de nouveau , il descendait, tournant sur lui-même , et avançant sur ses pattes, pour me montrer quelque chose.

En avançant, je suis monté au sommet d'une petite colline , pour en redescendre, et en dévalant la colline, quelle ne fut pas ma surprise de trouver, ou plutôt retrouver Ecureuil, allongé, le corbeau se situant à ses côtés.

8- Ecureuil semblait blessé, du sang étant visible sur ses pattes, et vu son état de fatigue. J"avais alors pris la décision de l'emmener à mes parents, pour prendre soin de lui, et le soigner. Mes parents furent très surpris de voir ainsi, en de telles circonstances, le retour de Ecureuil. Tout semblait être alors oublié, et ses frasques semblaient renvoyer au passé. Il semblait avoir été blessé par sans doute un gros chien, certainement une mauvaise rencontre, au mauvais endroit, mais aussi au mauvais moment. Ecureuil allait survire à cette mauvaise rencontre, et à ce triste événement.

C"était un temps heureux, avec un retour espéré, et un temps qui semblait figé.

Mais Ecureuil semblait être trop épris de liberté, tout comme il ne pouvait pas s"empêcher de faire le pitre, avec moi, mes parents, et mes voisins.

Son monde semblait être l'extérieur, et non un intérieur limité. Sa zone de vadrouille devait bien avoir une limite, mais vu l'animal, il ne semblait pas connaître de frontières.

C'est peut-être grâce à lui que mon regard sur le monde et l'espace à changé. Tout comme lui, depuis ce temps, j'aime la liberté, et je n'aime pas les limites. Son retour était en fait un impossible retour, car il souhaitait être libre, et puis c'était tout.

Un jour, Ecureuil est parti, définitivement, sans adieux. C'était comme ça, et ça devait être ainsi. Pour me réconforter, mes parents me racontaient que les animaux étaient plus heureux dans la vie sauvage. Finalement, cette solution, ou réponse, me convenait parfaitement. Il y avait peut-être en moi aussi cette part de vie sauvage à trouver dans la liberté.

Le corbeau, lui, ne m'avait pas oublié, et un temps, il venait me voir pour manger du pain que j'avais posé au rebord de la fenêtre. Lui aussi semblait être un grand solitaire. Le soir, ou à certains moments de la journée, il volait au dessus de moi, et il descendait souvent me rejoindre. Mais entre lui et moi, il était hors de question de le prendre, ou de le toucher, et j'avais rapidement compris que sa liberté était son bien le plus précieux. Je pensais que c'était un oiseau perdu, mais un jour, tout un groupe de corbeaux vint vers lui, et ainsi, par la suite, je ne l'ai plus jamais revu.

-9-

Et puis , le temps était passé par là. Suites à des travaux, la colline ou Ecureuil apparaissait en son sommet avait finie par disparaître aussi. Et moi aussi, j'avais fini par quitter le quartier. Bref, la vie continuait, et suivait son cours.

Quelques années après, j'étais presque devenu un adulte, et cette histoire semblait loin derrière moi, quand, en longeant un mur des miaulements arrivaient à mes oreilles. Ce jour là, j'avais un rendez-vous très important, et à vrai-dire rien ne me retenait pour rester un moment en ce lieu. J'avais alors porté mon regard en haut du mur. Le chat qui m'interpellait semblait étrangement ressembler à Ecureuil, mais peut-être en plus gros. Il me tendait ses pattes comme pour me rejoindre, mais entre moi et lui, il y avait cette distance. Dans ses yeux, il me semblait lire que c'était bien lui, et pas un autre chat. J'ai donc prolongé le moment. Le mur était très long, et derrière, il y avait une grande propriété , avec une grande demeure bourgeoise. Un semblant de conversation, presque surréaliste semblait s'amorcer entre moi et lui. C'était bizarre, mais ça ressemblait à des adieux qui n'avaient jamais vu le jour. Le bonheur était certainement pour lui derrière ce mur, et je ne pensait pas lui apporter quelque chose de meilleur. Le temps semblait figé , et il me semblait que mon passé était à portée de mes mains, derrière ce mur.

Mais le présent reprenait le dessus, ma vie était ici, aujourd'hui, et ce mur semblait masquer ce qui ne reviendrait jamais, à l'image d'un sanctuaire. Les instants se prolongeaient, et pour moi, il était important qu'ils ne deviennent pas des heures. Ma vie devait continuer, et lui, il avait la sienne. Et puis, le moment de partir était revenu. Les minutes se prolongeaient, et c'était un éternel retour. Au final, je suis parti. Lui, il était resté en haut du mur. Ses miaulements étaient devenus particuliers, déchirants.

Par la suite, je suis revenu à plusieurs reprises vers ce vieux mur de pierres. Mais je n'ai jamais revu ce chat, plus jamais, et il me semblait au plus profond de moi que c'était lui. Aujourd'hui, je continue mon chemin d'homme, tout en gardant le sentiment, au plus profond de moi, qu'il reste une part d'enfance en nous, et que quelque part, un espace temps est caché autour de nous, attendant d'être dévoilé . Le passé était revenu, pour me signifier par des signes, peut-être liés au hasard, qu'il était au plus profond de moi.

Ecureuil n'était pas une peluche, et encore moins un jouet : plus qu'un chat, c'était un être vivant, tout comme moi, mais qui demandait un droit, qui était celui de vivre, et aussi par conséquent, de décider de sa liberté. Et comme j'aimais trop la liberté, j'ai contribué à ma façon de lui faire vivre la sienne. Certes, ce n'était pour moi que le début de ma vie, mais à travers lui, j'apprenais à définir ce que voulait dire le mot liberté.

Pour moi, la vie d'un chat relève d'une certaine partie de hasard, sa vie est le plus souvent dangereuse, et il ne semble pas trop se méfier de là ou il décide d'aller. Sa vie est au jour le jour, et il ne me semble pas qu'il pense au lendemain. Les soucis semblent pour lui très loin, et souvent, sa vie ressemble à une aventure. Même si il n'a rien demandé, sa vie semble liée au hasard, et elle peut tout aussi bien être très brève, tout comme elle peut être liée à une certaine captivité avec les hommes, avec entre les deux, le choix de vivre librement, mais avec toutes sortes de dangers et contraintes. Comme si la liberté semblait avoir une part de hasard. C'est dire si elle est précieuse.

Quand Ecureuil est parti, c'est peut-être une part de mon enfance qui était partie avec lui. J'ai appris à situer le bien et le mal, et sans doute, j'ai vu le monde autrement. Pour moi, il est encore quelque part dans ce monde, comme d'autres personnes, et quand j'avance, je regarde devant. Je n'aime pas trop regarder vers le passé, et quand je pense à autrefois, je ne le fait que lorsque c'est nécessaire. Ma vie ressemble à un long chemin, fait de marche le long d'un chemin sans fin, et de rencontres : c'est l'errance. Tout est question de moyens, mais souvent, j'ai envie de traverser le monde, d'un point à un autre, pour faire l'impossible, mais je retourne toujours au point zéro, celui de mes origines. Pour moi, la liberté se confond avec l'errance, et il ne me reste plus qu'a choisir le bon chemin, et faire le vide dans ma tête, comme si il ne s'était rien passé.

Fin.

Repost 0
Published by Franck Gache
commenter cet article
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 13:28
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Matrice-Le temps des signes. (peintures et encres).
Repost 0
Published by Franck Gache
commenter cet article
30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 17:42

Peindre, ou dessiner, est un acte d'écriture, et ce qui est à voir importe plus que de trouver le sens de ce qui à été fait. Un moment, le créateur est partout, mais sa vie n'est nulle part, sinon en un espace réduit. Ce qui est à rechercher est de transcrire des émotions, d'exprimer ce qui est inexprimable, et arriver à montrer ce qui est au fond de son coeur de créateur, encore une image, pour essayer de comprendre, n'est-ce que un instant, ce Monde, en l'explorant de son intérieur, pour peut-être trouver l'infini, ou ce qui est défini.

Le hasard est à l'image du passage du vent, c'est à dire invisible. Chercher à interpréter le hasard, c'est voir à travers de l'eau, percer ce qui semble opaque, ce qui doit être visible ne l'est pas ici, et ce qui doit être montré et visible ne l'est que par une action manuelle. Ce qui correspond à l'acte de l'esprit est tout aussi invisible : ce qui est pensé ne se voit pas, mais se dévoile sur un support, avec les matériaux appropriés (peinture, encre, crayon papier, etc...)

Si le hasard est invisible, alors, la création l'est aussi, et la création dévoile ce qui est invisible, ou même, inaudible. Ce qui va être révélé prend alors une direction, ou un sens logique, qui va déboucher sur le concept.

Celui qui est dans la création est à un moment ou un autre dans la quête de réaliser une création assez simple, mais spontanée. Pourtant, le créateur établit des enjeux, et le plus souvent, l'envie est d'aller plus loin, comme créer en rapport à un pari à soi-même. Ce qui est facile, doit logiquement être futile. Rien n'interdit de réaliser une oeuvre facile, car elle à toute sa part de magie aussi, mais dans le désir et l'envie de créer, aller vers le complexe devient nécessaire, obligatoire, comme si un pacte était effectué entre le créateur et son sujet, c'est à dire ce qu'il doit faire.

Le hasard intervient dans ce pacte, et de lui résulte la magie de ce qui va être, et de ce qui va naître. Rien n'est vraiment programmé, mais tout reste à faire, et le hasard est le grand architecte de toute création, de tout ce qui est donné à être vu, ou à voir.

Le créateur est confronté à lui-même, et souhaite toujours créer une oeuvre à son image, ou définie au possible, mais le résultat ne ressemble jamais vraiment à ce qu'il souhaitait lui-même, car la création, ou plutôt, le travail créateur, à évolué, et le travail final contient beaucoup de différences, tant et si bien que le créateur à oublié à quoi ressemblait son projet initial, mais en définitive, il est souvent satisfait car son esprit créatif à évolué et voyagé dans la création qui était en train de prendre vie, et l'image qui devait en résulter avait tellement évoluée que à un moment donné il se devait de mettre le point final à cette aventure.

L'esprit alors , se vide, non seulement chez celui qui est l'artisan de ce qui va être donné à être vu, mais aussi chez celui qui regarde, car om recherche quelque part dans ses rêves , à trouver une voie, un chemin , pour interpréter et voir des rêves nouveaux. Ce qui étaient des signifiants, vont signifier. La quête de sens se construit alors à travers un autre regard de la culture. Ce qui arrive est toujours le résultat d'une sorte de méditation spontanée, le regard va toujours vers ce qui est nouveau , et neuf.

L'image, le reflet de ce qui est à voir résulte d'une forme de patience , ou la création simple n'a pas vraiment sa place. Mais alors, c'est douter que l'oeuvre peut naître comme une étincelle, alors que les oeuvres les plus simples naissent souvent ainsi. Ce qui est vite fait, et vite réalisé, à aussi sa part de hasard.L'oeuvre doit naître d'un hasard, et c'est indispensable. L'oeuvre est un tout, et qu'elle soit simple ou complexe, elle parle pour elle.

Ensuite, elle doit plaire, et trouver son public. Elle entamme alors un long dialogue sur elle-même, et sur ce qu'elle donne à voir. Mais elle finira toujours par trouver son public, d'une manière difficile ou non. à croire qu'elle eue une longue discussion dans un infini défini, pour arriver à nous.

La création simple et facile tente l'artiste, avec le temps, vers une continuité d'abolition de la forme. L'artiste fait des tentatives, et il a envie de créer autrement, voir autrement, car il s'est libéré de la tutelle de celui qui regardait, et qui était censé porter un jugement. Avec le temps, et surtout l'expérience, l'artiste devient libre et singulier : comme un architecte, c'est lui qui façonne son univers. Avant tout, l'artiste recherche une nouvelle perception, pour aller encore plus loin dans ce qu'il a à dire. Quand il n'a plus rien à prouver, surtout envers lui-même, il est tenté de se lancer dans un oubli de soi, un oubli de lui-même. Il aimerait que les sens trouvent de nouvelles formes de création, sans faire intervenir l'esprit. Celui qui est dans la création souhaite alors prendre des risques : il sait que c'est ainsi qu'il va évoluer. Dans sa nouvelle perception d'idées nouvelles, d'ou va résulter son univers singulier, ce qui doit être nouveau doit se construire dans le risque, le hasard, et pourquoi pas dans une forme de souffrance. On explore les sensations, pour trouver ce qui plus tard va être nouveau. L'angoisse personnelle côtoie la volonté d'échapper à une forme de désoeuvrement certain. Le comportement construit l'acte et l'acteur, et pour créer, ceci exclut toute chose qui n'est pas de l'ordre du comportement.

L'artiste doit se suffire à lui-même, et il sait que ses créations vont se déterminer sur son attitude, son comportement, ce qui est l'essence même pour bien voir, surtout autrement. En définitive, il ne sait pas vraiment à quoi va ressembler la phase d'élaboration finale de sa prochaine oeuvre, et il se demande à quelle forme véritable celle-ci va ressembler, tout en sâchant que l'oeuvre n'a pas vraiment de forme véritable établie. Le hasard joue beaucoup, et ici , il est le vrai maître, avant l'artiste. La forme à du mal à naître et à émerger. Pour arriver au résultat final, l'artiste doit laisser faire, laisser aller.

L'attitude s'impose alors, face au manque qui est volontairement crée. L'oeuvre doit ainsi pouvoir se traduire, sinon, elle est confrontée au vide. La forme doit être observée dans son élaboration, avec la plus grande attention. Le point de départ de l'oeuvre est ici, et c'est à nous de ne pas y voir un vide conséquent et substantiel; la source ou l'artiste, tout comme celui qui va voir , vont trouver la source non négligeable, et intéressante des indications méthodologiques.

Il faut alors donc revenir au hasard, qui va être donc le résultat du constat de notre attitude, ou plutôt de l'attitude de l'artiste, qui va donner à ses créations une forme consciemment donnée. Le hasard ouvre toutes les portes de ce qui va faire du créateur un être singulier, qui va arriver à ses fins. Enfin, le geste qui va permettre aux oeuvres d'émerger va être vu désormais comme la révélation d'un état d'esprit singulier et propre à l'artiste. Le créateur peut alors être vu comme un outil d'enregistrement, qui flirte avec l'aléatoire , et ou ses reflexes sont acquis automatiquements, et de manière aléatoire, et donc, hors de portée de tout acte réfléchi, ce qui lie donc étroitement toute volonté de création au hasard.

La pratique artistique, c'est souvent une recherche du silence, vouloir toucher un monde qui n'est plus, pour en créer un autre, nouveau, et ou ce qui doit se regarder doit l'être avec un regard neuf, et apaisé.

Repost 0
Published by Franck Gache
commenter cet article
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 18:00
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon
Série Armageddon

Série Armageddon

Repost 0
Published by Franck Gache
commenter cet article
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 14:21
Repost 0
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 14:18

Promotion pour l'album "Signes" :

Dessins, écriture automatique. Signes et mémoire.

Photo 1146 Photo 1247 Photo 1308 Photo 1110

Consulter l'album "Signes".

Repost 0
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 11:15
Bienvenue sur mon blog !!! Textes protégés par ADAGP droits d'auteur'(ainsi que images, et droit à l'image) -Maison des artistes, et conseils à MAPRA. Textes soumis à des droits d'auteur-Demande d'autorisation nécessaire pour toute publication. Textes déposés aussi à MAPRA et villa Gillet. Vous pouvez aussi consulter mon autre blog : http://www.franckgache2.overblog.com Contact : 0475323806 Je suis aussi sur Facebook. Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=McmWd1yGqTotBFeto8mJko et aussi, blog Wix : http://www.franckgache76.wix.com/franck-gache
Bienvenue ! Atelier Franck Gache
Bienvenue ! Atelier Franck Gache
Bienvenue ! Atelier Franck Gache
Repost 0
Published by Franck Gache
commenter cet article